Prières

Une nouvelle version du Notre Père dès le 3 décembre

«Ne nous laisse pas entrer en tentation»: voici la nouvelle formulation de la sixième demande du «Notre Père», que les catholiques seront dorénavant invités à utiliser lors des célébrations liturgiques publiques, au lieu de «ne nous soumets pas à la tentation». La nouvelle traduction de la prière de Jésus entrera en vigueur le 3 décembre prochain, premier dimanche de l’Avent qui marque l’entrée dans une nouvelle année liturgique.

La nouvelle traduction intégrale en français de la Bible liturgique avait été validée par le Vatican à l’été 2013, après dix-sept années de travail. Mais ce feu vert était resté sans effet jusqu’à ce jour en ce qui concerne la manière de réciter le « Notre Père ».

Des divergences de vues

La version actuelle du « Notre Père » est utilisée depuis 1966, à la suite d’un compromis œcuménique signé dans la foulée du concile Vatican II. Mais un problème était apparu d’un point de vue théologique à propos de la sixième demande : « Ne nous laissez pas succomber à la tentation » était devenu « Ne nous soumets pas à la tentation ».

En fait, le verbe grec « eisphérô » (Mt 6,13) qui signifie littéralement « porter dans », « faire entrer », aurait dû être traduit par « Ne nous induis pas en tentation » ou « Ne nous fais pas entrer en (dans la) tentation », ou encore « Ne nous introduis pas en tentation ».